EXTRAIT DE L’HOMELIE DU 16ème DIMANCHE ORDINAIRE B.

(Dimanche 29 Juillet 2018).

L’un des principes e base de notre foi, c’est ce que l’on pourrait appeler la « surabondance » dans l’agir de Dieu vis-à-vis de l’univers et surtout de l’homme. Quand Dieu veut faire quelque chose pour l’univers ou pour l’homme, il le fait en abondance. Quand il donne sa grâce, il la donne en abondance ; quand il veut être généreux, il l’est en abondance. Dieu ne se laisse pas gagner en générosité ! C’est ce principe de la « surabondance » de Dieu qui domine la liturgie de ce 17ème dimanche du Temps Ordinaire.

Dans la première lecture, les vingt pains d’orge ont suffi au prophète Elisée pour nourrir cent personnes, et dans l’évangile, Jésus nourrit cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons et, de ce qui est resté, après que tous aient mangé à satiété, on remplit douze paniers. C’est cela la « surabondance » de Dieu quand il agit ; et cette « surabondance » se trouve à la base de toutes ses actions. Si nous contemplons une à une les œuvres de Dieu, la première chose qui nous frappe, c’est précisément sa largesse dans la création et surtout dans la vie de l’homme. Chaque cellule du corps humain, chaque neurone, ne sont-ils pas un prodige, une « surabondance » de la générosité de Dieu ? En plus c’est ainsi qu’est écrite l’histoire de l’humanité. Et c’est surtout une histoire de la générosité, de l’abondance et de la « surabondance » de la miséricorde de Dieu vis-à-vis des hommes, à travers Noé, vis-à-vis du peuple d’Israël à travers Abraham, vis-à-vis de la monarchie d’Israël à travers David, et vis-à-vis de l’humanité tout entière à travers Jésus-Christ notre Rédempteur.

Dans cette « surabondance », Dieu agit à travers des médiateurs. Dans le cas d’Elisée comme dans celui de Jésus, Dieu ne part pas de zéro : il ne crée pas le pain, il le multiplie. Il peut partir de deux, de cinq ou de vingt (la quantité importe peu), mais il a voulu partir de quelque chose. Et pour montrer sa générosité et l’abondance dans ses actions, il a voulu et il veut la collaboration de l’homme. Que cela est merveilleux, frères et sœurs ! Dans la première lecture, Yahvé s’est servi d’Elisée qui, à son tour, s’est servi des vingt pains d’orge que « quelqu’un » lui a offert. Dans l’évangile, Jésus a montré la générosité de Dieu en multipliant les pains et les poissons pour nourrir les foules qui le suivaient, mais ces pains et ces poissons appartenaient à « un jeune garçon ». Frères et sœurs, Dieu a besoin de notre collaboration, si petite soit-elle ; il  besoin de notre collaboration pour manifester sa générosité et sa « surabondance » dans le monde. Personne ne peut dire ni ne doit dire : « Je ne peux pas, je ne suis pas capable, je n’ai pas de talents ni de qualités… » Non ! Donne à Dieu ce que tu as et ce que tu es ; le peu que tu possèdes, mets-le au service de Dieu, de l’Eglise et de ta paroisse. Chaque chrétien peut apporter peu ou beaucoup (la quantité importe peu). Le miracle, c’est Dieu qui le réalise. Fais donc ton examen de conscience : quelle est ma collaboration dans l’œuvre du salut de Dieu ? Ce que je possède comme talents, comme qualités, comme bien, est-ce que je le mets au service de Dieu, de son Eglise et de mes frères et sœurs ? Mon frère, ma sœur, Dieu veut passer par toi pour faire des miracles !

Bon Dimanche  à toutes et à tous. P. Gervais KPAN. Curé.

LE MOT DE VOTRE CURÉ


COLLABORER AVEC DIEU POUR PARTAGER AVEC LES AUTRES.

Dans la première lecture de ce 17ème Dimanche Ordinaire, l’auteur nous raconte comment le prophète Elisée manifeste la générosité de Dieu en partageant avec 100 personnes le peu de nourriture qu’il avait. Dans l’Evangile selon Saint Jean, le geste de Jésus rappelle celui du prophète Elisée, au point que les gens s’écriaient : « C’est vraiment lui le grand prophète ! ». Le prophète étant le porte-parole de Dieu, à travers Elisée et Jésus, c’est le Seigneur lui-même qui nourrit son peuple. Mais Elisée et Jésus ont eu besoin de la collaboration de ceux qui étaient avec eux. Dieu ne produit pas de rien les morceaux de nourriture, il invite les hommes à collaborer avec lui et à partager ce qu’ils ont avec les plus pauvres qu’eux. C’est l’amour qui multiplie les pains.

Bon Dimanche  à toutes et à tous.  P. Gervais KPAN GBALIA, Curé.

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue to use this site we will assume that you are happy with it. Ok

Abonnez-vous à la lettre lettre d'information de la paroisse

Soyez les premiers informés de nos éditos et de nos évènements

You have Successfully Subscribed!